Black Swan
Thom Yorke
What will grow quickly,
that you can't make straight
It's the price you gotta pay 
Do yourself a favour and pack you bags
Buy a ticket and get on the train
Buy a ticket and get on the train 

Cause this is fucked up, fucked up
Cause this is fucked up, fucked up

People get crushed like biscuit crumbs
And laid down in the ???
You have tried your best to please everyone
But it just isn't happening
No, it just isn't happening

And it's fucked up, fucked up 
And this is fucked up, fucked up
This your blind spot, blind spot
It should be obvious, but it's not.
But it isn't, but it isn't

You cannot kickstart a dead horse
You just crush yourself and walk away 
I don't care what the future holds
Cause I'm right here and I'm today
With your fingers you can touch me

I'm your black swan, black swan
But I made it to the top,
made it to the top
This is fucked up, fucked up 

You are fucked up, fucked up
This is fucked up, fucked up

Be your black swan, black swan
I'm for spare parts, broken up
version originale
11 juillet 2006, The Eraser
2006, BO du film A Scanner Darkly, de Richard Linklater
4:49

Black Swan me fait chaud au cœur, non vraiment pour moi c’est le rayon de soleil de l’album. Rien que les premières notes ça vous donne un air de… comment dire… un air de « Carnival do Brazil » de début de soirée. Et puis la musique sonne bien avec les paroles ; je ne dis pas que les autres sont en déphasages mais celle-ci est très joliment composée. Je trouve qu’il y a beaucoup d’optimisme qui se dégage de cette chanson (par opposition au titre) et cela donne l’image d’un film finissant sur des jours heureux, au bord de la mer, face au coucher de soleil (même si vous entendez a la longue « Fucked up » ; mais me diriez vous on s’en fout on est Français donc on fait semblant de ne pas comprendre et on prend ça comme du Sigur Rós : on se crée notre propre histoire dans notre tête; parfaitement Monsieur). Au niveau de la répétition des paroles cela me fait penser à un Packed Like Sardines genre « fucked up/fucked up » pour l’un et « get off my case/get of my case » pour l’autre. Puis je trouve la superposition des voix (double Thom) très joliment réalisée. Je me demande ce que cela donnerait en live… à suivre donc. (Mr. Blips)

Opens with an almost hip-hop beat, before a blues-inspired riff more than a little reminiscent of I Might Be Wrong drops in and sets the structure.
This is fucked up, fucked up, Yorke declares. Later, more identity crises are averted:
I don't care what the future holds
'Cause I'm right here and I'm today
With your fingers you can touch me.

Pitchfork, 24 mai 2006