Man-O-War
Big Boots
Drift all you like
From ocean to ocean
Search the whole world
Drunken confessions

And hijacks and films
Just make you one alone
If you come home
I'll bake you a cake
Made of velvet eyes
I wish you could see me
Dressed for the kill
You're my man-o-war
You're my man-o-war

And the worms will eat you whole
My love

So unplug your phones
And stop all the taps
It all comes flooding back
From poisoned clouds
To poison the world
You're my man-o-war
You're my man-o-war

And the worms will eat you whole
My love
And the worms will eat you whole
You whole
My love
version originale
30 novembre 1998, Meeting People Is Easy
4:26
premier live
5:52
what a nastySURPRISE

D'après Thom, cette chanson est une espèce d'hommage à la musique de oooohh James Bond dans sa tonalité. Elle a été jouée quatre fois live avant la sortie d'OK Computer.

La chanson a déjà été appelée Man-O-War (avec des paroles un peu différentes). Enregistrée vers mi-mars 1998 pour le mauvais film The Avengers (Chapeau Melon et Bottes de Cuir avec Ralph Fiennes, Uma Thurman et Sean Connery), cette chanson est restée en suspens pendant très longtemps.

Le titre est joué en entier sur Meeting People Is Easy, où l'on voit Thom très peu satisfait de leur performance. Celle-ci est un montage de leur travail en studio, à cinq ou a capella. On assiste à un beau larsen de Thom, qui lève les mains avec un air "C'est pas moi !". Les paroles ci-dessus figurent au dos du superbe boîtier de la vidéo.

Thom
We just worked all day, and all we've got that's any good, is the bass and guitar.
Nous venons de travailler une journée entière, et tout ce que nous avons de potable, c'est la basse et la guitare.
Meeting People Is Easy
Thom
We ditched it because we were so fried, we were so messed up. We went in and we tried to do the track and we just couldn't do it. [...] Songs just have a time when you're supposed to record them.
On l'a jeté parce qu'on était dans un tel état d'esprit, quand nous sommes entrés en studio pour essayer de finir le morceau, et que nous n'y arrivions pas. C'était vraiment une période difficile. On venait d'avoir cinq semaines de break, et toute la merde remontait à la surface. Tout était un peu étrange - je veux dire qu'on est venu au studio pour essayer de faire ce vieux morceau qui trainait, et ça ne marchait pas, c'est tout. Ça a été difficile pour le moral. C'était plutôt un vieux morceau, écrit à peu près en même temps que The Bends, et puis on ne l'y a pas mis. On n'arrivait déjà pas à l'y adapter, ou quelque chose comme ça.
MTV 120 Minutes, 26 avril 1998
page stuck in a frozen lake du site officiel (gallery.html)
big boots* it was a long time ago and i cant remember. a whole orchestra watching the film and playing along. real life is dull. i am i the white lotus flying off the quay with barbara bach.

Ces mots, je les ai lus pour la première fois sur la jacquette de Meeting People Is Easy. Je n'ai rien compris. Comme souvent au début avec Radiohead, je n'ai rien compris. Problèmes de barrière de langue et d'ouverture d'esprit je crois.

Drift all you want
from ocean to ocean
search the whole world
but drunken confessions 
and hijacked affairs
will just make you more alone

Pourtant, il y a une dizaine de jours, je réfléchissais seul dans mon lit quand j'en suis arrivé à la conclusion que ma vie n'était qu'une espèce de fuite en avant. J'avais dérivé tant que j'avais pu d'océan en océan, j'avais cherché dans le monde entier, et je ne retirai que plus de peine de toutes mes expériences, chacune d'elles me confirmait ma solitude face à ce monde.

Depuis, j'écoute cette chanson avec une telle émotion, mes proches ne comprennent pas. C'est pas grave, ja sais que je suis seul. Ils ne saisissent pas qu'elle représente toute la misère de ma vie: j'ai tout fait pour croire qu'il y avait quelque chose, là derrière, un sens, une justice, que sais-je ? Pourtant, malgré tous mes efforts, je n'ai fait face à rien d'autre que l'absurde. Croyez-moi, c'est plus dur d'accepter la défaite quand on c'est battu comme un fou pour la victoire. It just makes you more alone.

Mais là n'est pas tout à fait le sujet de ce message. Non, ce dont je veux vous parler c'est de ce qu'est Radiohead pour moi. Ce qui précède est un exemple de la façon dont je perçois le groupe, mais on pourrait le généraliser au reste de son oeuvre. Moi aussi, mon coeur est rempli comme une décharge, moi aussi, je souffre de blessures dont certaines ne guériront jamais. Vous aussi peut-être. Certainement.

Comment vous décrire le choc qu'a été Creep (même si la confirmation de ce choc n'est venue que quelques années plus tard). Ces mots décrivaient si bien le plus profond de mes sentiments. Seul un génie avait pu les réunir pour en faire de telles phrases. Depuis cette époque, combien de fois ai-je été frappé par ces combinaisons de mots et de musiques. J'ai eu The Bends (pas plus tard qu'hier), j'ai cru en cet amour en toc, j'ai rêvé de fusiller mes ennemis, j'ai pensé à elle, j'ai eu peur de viellir, j'ai essayé vainement de refuser mon statut nouveau d'adulte, je me suis senti une cible privilégiée, j'ai eu l'impression d'être abandonné, j'ai tant de fois souhaité que cette police du karma intervienne face à ces gens abjects...

Radiohead a raconté ma vie. C'est frappant. Une de ces coincidences qui fondent notre univers. Peut-être ont-ils raconté la vôtre aussi...

Incolas.