And it Rained all Night
Thom Yorke
And it rained all night
and washed the filfth away
Down New York airconditioned drains
The click click clack
of the heavy black trains 
A million engines in neutral

The tick tock tick
of a ticking timebomb
Fifty feet of concrete underground 
One little leak becomes a lake 
Says the tiny voice in my earpiece
So I give in to the rhythm
The click click clack
I'm too wasted to fight back
Tick tack goes the pendulum
on the old grandfather clock 

I can see you 
But I can never reach you 

And it rained all night
and then all day
The drops were the size
of your hands and face
The worms come out to see what's up
We pull the cars up from the river

It's relentless
Invisible 
Indefatigable
Indisputable
Undeniable

So how come it looks so beautiful?
How come the moon falls from the sky? 

I can see you
But I can never reach you 

I can see you
But I can never reach you
version originale
11 juillet 2006, The Eraser
4:16

Pour moi And It Rained All night, est la continuité naturelle d’Analyse. Si vous les écoutez l’une à la suite de l’autre on pourrait penser que And It Rained All night en est le frère caché dans le monde de l’electro. Cependant le rythme y est un peu plus accéléré que cela soit au niveau musical qu’au niveau de la voix de Thom. Au lieu de parler de frère caché on pourrait dire que And It Rained All night est Analyse en plus mature. C’est très simple, la chanson est beaucoup plus subtile tant au niveau musicale qu’au niveau émotionnel (Il faut être un génie pour faire joliment passe un « tic tic tac » et un « click click clack » sur une chanson comme celle la). Je pense que pour apprécier cette chanson il faut être passé par Kid A et Amnesiac car un novice ne pourrait comprendre les subtilités des convolutions vocales de Thom. La partie que je préfère commence à la troisième minute où l’on est face à 20 secondes d’electro douce et envoûtante qui débouche sur un magnifique final vocal de Thom qui nous dépose tout doucement vers la fin de ce chef d’œuvre. (Mr. Blips)

And it's back to the Dark Side for The Eraser's chilliest number, a tune awash in eerie synth and driven by a Joy Division-esque bassline. Thom assumes the role of the poet-observer, surrealistically detailing visions of post-downpour New York, clipped vocal samples later piggybacking the bassline. It culminates in a strained, desperate:
I can see you
But I can never reach you.

Pitchfork, 24 mai 2006